Je ne suis pas douée pour m’habiller, disent-elles

mode-personnelle, publié le , mis à jour à

Pyjama 3 pièces La Redoute Collections

Et vous en voyez beaucoup des personnes comme moi avec autant de doutes et de difficultés à s’habiller ? J’entends régulièrement ce questionnement qui en dit long sur ce sentiment d’incapacité face à une garde-robe peu encourageante. Ça devrait quand même pas être compliqué de choisir un pantalon et un pull, si ? Si, justement. Ça peut même être très complexe.

Tout le monde est capable de s’habiller pour éviter de passer la journée nue et grelottante mais trouver des vêtements qui mettent en valeur et dans lesquels on se sent parfaitement bien n’est pas toujours inné.

Depuis plus de dix ans que j’écoute des personnes en mal de penderie ou d’image de soi vacillante, j’ai noté quelques unes de ces bonnes raisons qui reviennent régulièrement :

– le manque d’éducation : par exemple, une mère qui n’a pas été là pour donner l’exemple

– le manque d’intérêt : l’apparence est superficielle, la valeur personnelle serait ailleurs que dans les fringues

– le manque de temps : les études, le premier job, les enfants… au fil du temps, l’essentiel a pris toute la place de ce qui semble moins vital

– le manque de motivation : de toujours ou de passage, par exemple après un burn-out ou un problème personnel, c’est la clé qui, pour l’instant, bloque la porte de la penderie

– la crainte du jugement : la peur de passer pour une personne futile ou narcissique qui passe trop de temps devant son miroir

– le manque d’intérêt de l’entourage : entre un mari et des copines qui se fichent du look, pourquoi faire des efforts

– la peur d’être nulle : le sentiment de ne pas rentrer dans des cases, d’être à côté de la plaque par rapport à celles qui ont le sens du style… pourquoi tenter si c’est perdu d’avance

– le poids des préjugés : la certitude qu’il faut être mince, parisienne, italienne, jeune, riche, influenceuse… etc etc… pour avoir de l’allure… donc à quoi bon, essayer ?

– les diktats morpho & style : les conseils morpho, les recettes sur les couleurs et les règles sur l’âge qui se contredisent et se mentent… comment s’y retrouver dans ce bric-à-brac ?

– les injonctions contradictoires : entre la mode de l’extravagance flamboyante et l’engouement d’un minimalisme autoritaire, la crainte de ne pas trouver sa place

Je pourrais poursuivre la liste.

Toutes ces inquiétudes – plus ou moins paralysantes – sont recevables à 100% mais aucune d’elles n’a le pouvoir de vous laisser à la case « mauvaise élève ».

Parce que si certaines personnes sont douées pour trouver d’instinct le style qui leur va comme un gant, pour réussir des associations audacieuses de vêtements ou s’habiller de basiques en évitant d’être ennuyeuses, je vous assure que même sans prédispositions, même avec des années de flottement vestimentaire, les longueurs d’avance se rattrapent.

Si l’envie de s’habiller est là, tout est possible.

L’impulsion de prendre soin de soi peut donner des ailes. Après, comme pour tous les apprentissages,  à chacune de clarifier ses raisons, de définir son objectif et de suivre son propre rythme de progression. Seule ou accompagnée.

Qu’en pensez-vous, les amies ?

J’en profite pour vous préciser que, comme toute l’année, confinement ou pas, vous pouvez prendrez un rendez-vous pour une consultation style & morphologie ou image de soi. Si on ne peut pas se voir en face-à-face, la visio marche très bien.

A propos d’écran, j’ai décidé de reprendre les IG live : rendez-vous ce samedi à 11 heures pour répondre à vos questions sur les accessoires. Je m’en réjouis !

Commentez cet article

28 commentaires

Avatar de Lily

Lily

Bonjour Isabelle, sacré sujet ! J’ai longtemps été perdue à me chercher un style tout en cherchant uniquement à copier le style d’autres et à chercher un idéal de look ‘parfait’ (il ‘faut’ porter de belles couleurs vives/des fringues chic/pas de noir car c’est la couleur du deuil, merci maman, etc etc), mais plus je cherchais plus j’étais perdue (normal c’était le look des autres !), et le sur poids en prime qui fait que beaucoup de vêtements ne vont pas… Le déclic ? Me teindre les cheveux en bleu, télétravail et confinement aidant, et enfin m’autoriser les couleurs sobres qui me faisaient rêver noir/gris/blanc/bleu/kaki/jean et les belles matières (sac fisherman D’IKKS kaki indéfinissable d’occasion !). Je suis prête à revenir à une couleur de cheveux plus standard, et j’ai ‘enfin’ trouvé ce qui me plaît, à moi, et que je vais garder ! Vous y avez contribué en consultation en me disant ‘les couleurs qui vous font vibrer sont les bonnes couleurs’ alors merci et belle journée !


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Lily : bravo ! Ce n’est pas si simple de faire confiance à son ressenti surtout après des années d’injonctions et de croyances. Je vous invite à continuez à suivre votre chemin à votre rythme. J’aime beaucoup le déclic “cheveux bleus”. Il est si personnel 🙂


    Répondre

      Avatar de Lily

      Lily

      @mode-personnelle : les cheveux bleus devaient durer un été… je les ai depuis le mois de mai et je ne m’en lasse pas… moi qui n’avais jamais dépassé le timide ombré sur mon chatain… et en fait tout le monde adore!


      Répondre

        Avatar de mode-personnelle

        mode-personnelle

        @Lily : c’est génial !!


        Répondre

Avatar de Morgane

Morgane

Merci pour cet article très intéressant. Pour ma part, j’ai toujours aimé m’habiller, d’aussi loin que je me souvienne. Et pourtant, ce n’était pas gagné car ni ma mère ni ma grande sœur n’étaient très intéressées par le sujet. Je me souviens des “bagarres” pour m’acheter des nouvelles chaussures pour lesquelles j’étais très difficile et ma mère répondait “on s’en fiche des chaussures, on ne les voit pas”. Avec les années, je sais mieux ce qui me va ou non (après avoir essayé une multitude de choses) et mon style (ou absence de style ?) reste très varié. Le problème que je pourrais rencontrer, c’est que je ne sais pas faire simple. Je suis incapable de mettre un jean avec un pull uni, il faut toujours que je fasse compliqué avec une superposition, des détails, un mix&match… Ça rend mes matins parfois un peu trop speed pour trouver “le bon” ensemble (d’autant plus que je déteste porter plusieurs fois la même tenue, même si j’ai bien aimé un assortiment, la fois suivante je ne reporterai pas les pièces ensemble !). Je pense que parfois, mes choix ne sont pas toujours heureux, mais au moins mon look ne ressemble à aucun autre !


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Morgane : Je comprends vos exigences ! C’est votre fonctionnement et c’est très bien. Chacune place le curseur là où elle se sent à sa place. Avec les années, les envies, les circonstances, nos façons de faire bougent… Rien n’est jamais figé.


    Répondre

Avatar de Véronique krebs Bianchi

Véronique krebs Bianchi

Coucou Isabelle,

Je viens de lire ton Post, très très intéressant et très juste !

Je m’y suis un peu reconnue.
J’ai eu une mère extrêmement élégante, de la tête aux pieds, jusqu’aux accessoires. Une garde robe de folie !

Je devorai dès yeux tout ce qu’il y avait dans son armoire ! Des merveilles de toutes sortes !

Mais par contre, elle ne m’a jamais initié à la mode, aux couleurs, aux styles, etc… Ne pensant qu’à elle (oui, c’est malheureux, mais j’ose le dire).

Donc, je me suis forgée seule, en m’inspirant de plusieurs sources, des magazines de mode, des lectures (je lis beaucoup), de mes vadrouilles dans les boutiques vintages, dans les boutiques tout court, essayages, compositions, mix, le tout en mélangeant, en composant, et en créant mon propre style qui, je pense, me convient tout à fait.

En revanche, je discute beaucoup avec ma fille sur la mode, nous échangeons beaucoup sur les styles, tout simplement de la complicité ! Elle emprunte même parfois mes bijoux, mes sacs à mains, et des vêtements 😊 et j’en suis très heureuse ! et je ne reproduit pas la même erreur que ma mère avait faite avec moi !

Et puis il faut le dire, avec force, haut et fort, que c’est aussi grâce à toi, avec tous tes supers conseils que tu nous donnes sans arrêt et ton livre, Mon Dressing ideal qui est sur ma table de chevet 😍😉, qui sont une source immense d’inspiration, de délivrance, d’idées supers.

Voilà voilà.

A plus tard Isabelle 🐱🐈


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Véronique krebs Bianchi : j’ai quand même l’impression que, malgré l’égoïsme dont tu fais allusion, ta mère t’a initiée à la mode. Rien que par le regard, le toucher, le plaisir qu’elle avait à s’habiller… La transmission passe aussi de manière indirecte. Après, tu t’es appropriée ton style… Tu modèles tes envies avec ta personnalité, tes recherches, tes essayages… Et ça a l’air de t’enthousiasmer !
    Un grand merci pour le livre 😀 Je suis ravie de faire partie de tes inspirations.


    Répondre

      Avatar de Veronique Krebs Bianchi

      Veronique Krebs Bianchi

      @mode-personnelle :

      Oui, c’est vrai Isabelle, tu as raison, en fait cela a été, pour moi, une transmission indirecte, de par le toucher, la vue, les matières, etc…

      Il y a tout de même du positif dans le négatif ! Heureusement 😊😄

      Mais il est vrai que les discussions et les échanges entre mère- fille sont, et restent de merveilleux souvenirs et enrichissants !


      Répondre

        Avatar de mode-personnelle

        mode-personnelle

        @Veronique Krebs Bianchi : 😉


        Répondre

Avatar de Backroline

Backroline

Moi aussi j’ai toujours aimé m’habiller, depuis l’enfance et pourtant je pense que j’étais la seule dans ma famille à part ma grand mère paternelle que je voyais très rarement. Celle est qui m’a appris à me peindre les ongles vers 12 ans 😉 (en beige, discrètement) Mais on avait la coquetterie en nous.
Autour de moi, j’ai l‘impression que les femmes veulent parfois mettre la barre trop haut, et du coup se décourage avant même de commencer. C’est pas grave de se tromper, de rater un look, ça aide à y voir plus clair aussi, parfois. C.est sur qu’on prend moins de risque avec un jean noir et un pull gris, mais quel ennui!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Backroline : “j’ai l‘impression que les femmes veulent parfois mettre la barre trop haut, et du coup se décourage avant même de commencer.” Je suis tellement d’accord avec toi ! Les loupés font avancer. En matière de mode, je pense que les essais un peu bancals sont préférables à l’ennui.


    Répondre

Avatar de alexa

alexa

Je ne pense pas ne pas être douée pour m’habiller, mais je suis certaine de ne pas utiliser tout mon potentiel (c’est l’affaire d’une vie) . Heureusement je progresse grâce à ton blog!!!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @alexa : ça me fait plaisir ! Continue à explorer 🙂


    Répondre

Avatar de Claire

Claire

Je me reconnais dans cet article. Même si j’ai l’impression d’être une mauvaise élève de la mode et d’être incapable de juger si un vêtement me va ou me met en valeur, je suis contente de porter des pièces qui me plaisent. Cela me suffit.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Claire : je ne sais pas trop ce que voudrait dire “bonne élève de la mode”… Tu as compris l’essentiel, te plaire dans des vêtements dans lesquels tu te sens chez toi, avec toute ta fantaisie.


    Répondre

Avatar de eveange66

eveange66

Est ce que je sais bien m’habiller ? Je ne sais pas.
En tous les cas, je sais m’habiller, je mets toujours une culotte le matin !!!
Peut être parce que je suis un peu “ancienne”, j’ai la chance d’avoir encore connu les vetements sur mesure, les belles étoffes, les belles coupes.
Ma mère était styliste couturière dans un magazine féminin très en vogue dans les années 50. Elle et ma grand mère italienne m’ont appris, implicitement ou explicitement, l’art et le devoir d’être toujours propre, bien mise, sans vêtements troués ou sales. Sans pour autant être des fanes de mode, ni dépenser des tonnes d’argent. Mon père, idem, il adorait quand il sortait, être bien mis, avec chemise, cravate et pochette assorties : à son décès, j’ai trouvé des dizaines “d’ensemble” dans son armoire…. Emotion.
J’ai gardé des vêtements de cette époque, avec des tissus lourds, des coupes splendides, des finitions parfaites.
Ma mère nous faisait des vêtements et, tous les ans, pour la rentrée scolaire, nous allions, nous les enfants avec ma mère, au Printemps, pour y acheter une ou deux pièces de qualité. Ceci dans les années 70-début 80.
Autant dire que cela forme le gout.
L’éducation joue donc un grand rôle à mon sens, que ce soit par la transmission, les lectures, le gout, la curiosité d’apprendre et de lire, de toucher, de sentir.
C’est sur que c’est pas Facebook ni Instagam qui font ça maintenant, soupir…
Comme tout le monde, j’ai cherché, tâtonner, porter des trucs improbables, et c’est normal aussi. J’ai porté du noir, pas mal, eu ma période baba cool, mais toujours à la recherche des belles étoffes: pour moi, le toucher est super important. Je me suis toujours plus ou moins (beaucoup maintenant) des matières en plastiques, des coupes approximatives, des coutures honteuses : vive le marché aux Puces de mes années étudiantes, où j’ai trouvé des tenues acidulées des années 50 et 60 !

Je n’ai jamais eu de conseils particuliers de la part de ma mère ou mes soeurs ainées, au contraire.


Répondre

    Avatar de eveange66

    eveange66

    @eveange66 : suite…
    Par contre, j’ai toujours aimé les chaussures, le beau cuir, ce qui sort de l’ordinaire (maintenant, c’est, hélas, la qualité qui sort de l’ordinaire made in china pas cher …).
    Et puis mes lectures, surtout de livres un peu ancien, où certaines descriptions de vêtements sont très intéressantes. Je ne parle pas des pseudo guides qui donnent, il parait, des conseils pour se vêtir, mais ne font, à mon sens, qu’ajouter à la confusion dans un monde où il n’y plus de reperes.
    Quand je vais sur Vinted, je suis toujours extrement surprise de manque de culture et de curiosité modesque des personnes ; pourtant, il suffit d’aller sur internet pour faire 2 ou 3 recherches…
    Non je crois aussi que la flemme, le laisser aller, la peur de faire trop (lire la peur, au final, de bien s’habiller, le fameux nivellement par le bas…) ont raison du fait de savoir s’habiller.
    C’est si simple de porter un jean, un sweat, des baskets et hop, plus de temps pour regarder la télé, aller sur Facebook… Je caricature, c’est expres mais bon…
    Pour ma part, je refuse que quelqu’un vienne me donner des conseils de “gourou” sur mon style (ce que tu n’es pas) : Isabelle, je lis ton blog avec plaisir, nous discutons , échangeons, tu m’inspires, parfois, mais je n’ai pas besoin de plus.
    C’est comme pour le sens civique, le sens critique modesque n’existe plus…
    Et puis j’avoue que je me fiche du qu’en dira t on et ça, ce n’est pas nouveau, merci mon père pour ca.


    Répondre

      Avatar de mode-personnelle

      mode-personnelle

      @eveange66 : tu as la chance d’avoir reçu une éducation vestimentaire (avec un moindre souci du qu’en dira-t-on) bien digérée. C’est vrai, avec la mode de masse, on a pu perdre le goût du bel ouvrage. Mais le retour d’une mode plus responsable réveille chez certains (y compris les plus jeunes) cette conscience du vêtement bien fait. Et je pense que les personnes qui n’ont pas eu de modèle en héritage sont aussi capables d’apprendre, d’apprécier, d’aimer… Dans mes séances, je fais toujours un peu de pédagogie pour sensibiliser aux belles matières, aux coupes qui tombent juste, aux finitions qui signent une pièce de qualité. On apprécie mieux quand on sait.
      Je suis d’accord avec toi, dans ma liste, j’aurais pu ajouter “la peur d’être trop habillée” que certaines femmes redoutent. La peur du regard des autres et du jugement..
      PS : avec la mode de l’upcycling (transformer une pièce), tu pourrais donner une nouvelle vie aux vêtements que tu as récupérés.
      RePS : merci d’être toujours là pour ajouter ton grain de sel… et de poivre qui picote :-), ça donne à discuter.


      Répondre

        Avatar de claire postel

        claire postel

        @mode-personnelle :


        Répondre

        Avatar de KlondikeKate

        KlondikeKate

        @mode-personnelle :
        Complètement d’accord : dans ta liste aurait pu figurer cette “peur d’être trop habillée”, autrement dit, comme le souligne aussi eveange66, la peur de faire trop (ou le syndrome o.t.t. -otiti-… over the top !).
        Le jugement des autres, le quand dira-t-on, ont la vie dure, en matière d’apparence. Cela peut être difficile, voire presque impossible de passer outre, pour certaines femmes. Du reste, cela ne s’applique pas qu’aux vêtements 😉
        Très joli billet. Merci, Isabelle !


        Répondre

          Avatar de mode-personnelle

          mode-personnelle

          @KlondikeKate : bien sûr, impossible de se débarrasser du regard des autres. Nous aussi, nous jugeons l’autre en quelques secondes (sans que ce soit forcément négatif, d’ailleurs). L’idéal serait de recevoir sans être trop influencée.


          Répondre

Avatar de Chti'stelle

Chti'stelle

Comme tu le dis, “si l’envie de s’habiller est là tout est possible”. Justement, peut-être que ces femmes (ou hommes surtout) qui se plaignent d’être peu doué.e.s pour s’habiller ont surtout envie d’un résultat, mais que le chemin pour y parvenir leur fait peu ou pas envie. Il faut quand même être honnête et dire que ça prend du temps (et de l’argent ou, à défaut d’argent, encore plus de temps) de bien s’habiller. Et puis reconnaissons aussi qu’il y a des physiques plus ou moins faciles à habiller. Bref, la partie n’est peut-être pas tout à fait égale entre les doués et les pas doués, même si bien sûr il y a toujours des exceptions (pour marquer les contours de la règle !).


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Chti’stelle : tu as raison, ça peut prendre du temps d’apprendre à s’habiller mais parfois, il suffit d’un déclic pour changer le regard que l’on porte sur soi. C’est parfois “juste” la peur de mal faire qui bloque. Et tout le reste suit. Même maladroitement.


    Répondre

Fabrice

Je suis tombé un peu par hasard sur ton article, je vais l’envoyer à ma femme. Elle se plaint sans cesse qu’elle n’arrive pas à s’habiller, qu’elle ne trouve pas ce qu’elle voudrait.
J’espere que ça va l’inspirer.
A bientot


Répondre

Persun

J aime toujours votre blog, vos idées me donnent des inspirations pour s’habiller, merci et bravo !!


Répondre

mcpedl

Download Minecraft Bedrock Edition Mods, Addons, Maps, Skins, and Texture Packs mcpedl.


Répondre

f95zone

Everybody knows the worst culture in gamers. Many games appear to be a terrible thing in humans. But what about the best gamers? Many groups are nice such as f95zone, supportive, and supporting new players are free from elitism, unnecessary sarcasm, and even more or less free of the threat of death. The best gaming communities I find here are defined and why I think they make a friendlier place.


Répondre

MON BLOG PERSONNEL

Oui, c'est possible de suivre les tendances sans ressembler à tout le monde. Oui, il y a plusieurs façons d'exister. Même si on n'a plus 25 ans, on peut inventer son style. Oser. S'amuser. Et se mettre en mode personnel. Je suis une spécialiste de la penderie heureuse, un guide qui vous aide à ne ressembler qu'à vous-même...

Voir mon profil

mode personnel(le)
MODE : n.f. Conforme au goût du jour. n.m. Manière individuelle de vivre, d'agir, de penser. PERSONNEL,ELLE : adj. Qui concerne une personne. Qui s'adresse personnellement à quelqu'un. MODE PERSONNELLE : n.f. La mode sur un ton personnel. Le mien, le tien, le sien.
Et si on prenait rendez-vous !
écrivez-moi ici
isabelle@modepersonnel.com
Podcast
podcast
Facebook
Retrouvez les articles ici

Mes leçons de mode en librairie

You’re so French ! Cultivez votre style… Éditions de La Martinière

Mon dressing idéal, Solar

S’abonner à la newsletter
ChargementChargement


Retour vers le haut de page