A partir de quand acheter beaucoup devient acheter trop ?

mode-personnelle, publié le , mis à jour à

Se réjouir d’avoir trouvé une jolie chemise en popeline de coton – La Redoute Collections

J’ai déjà abordé ici le sujet des achats compulsifs. Mais après plusieurs semaines de confinement, il résonne autrement. J’entends deux voix opposées. D’un côté, les personnes qui ont réalisé le potentiel de leur garde-robe (ce que j’appelle le shopping dans sa penderie) ou qui ont choisi de s’orienter vers une déconsommation. De l’autre, celles qui avaient hâte de participer à la relance économique ou de trouver du réconfort dans un nouveau vêtement, un sac ou une paire de chaussures.

des sandales douillettes et enveloppantes Anonymous Copenhagen

Je ne parle pas des files devant les Zara & co (no comment) mais de ce besoin de se chouchouter, de s’offrir un peu de rêve au-delà des nouvelles anxiogènes et d’un avenir troublé.

Collier joyeux en perles multicolores Antoine & Lili

S’ajoute l’engouement pour les achats de seconde main entre particuliers : les petits prix décomplexent et poussent à consommer (Vinted vient de grimper au classement des e-shops les plus plébiscités).

L’habit fait le moi

Quand on achète un vêtement, on n’achète pas qu’un vêtement.

Mais une dose de plaisir, une nouvelle peau, un moment entre soi et soi-même…

Après tout, pourquoi se refuser cette petite dose de réjouissance ? Ce bonbon qui console et rassure. Cette main douce qui caresse un cerveau qui s’agite.

Délicieux body Love Stories

À partir de quand, on achète trop ?

N’attendez pas que je vous donne un nombre de colis ou de nouvelles chaussures à ne pas dépasser.

Au fond de vous, vous percevez peut-être la différence entre désir et besoin. Le désir fait référence au plaisir = la joie de se plaire dans une nouvelle robe. Le besoin répond à l’obsession de la possession = la robe perd vite de son charme. Surtout si c’est un achat loupé. Surtout si elle rejoint des piles d’achats loupés.

C’est ce que Platon appelait le pharmakonen grec, le remède et le poison.

Remplir ses placards pour combler un vide, ça ne marche pas longtemps.  On achète dans l’ivresse jusqu’à la gueule de bois vestimentaire. Avec le dégoût et la culpabilité qui s’ensuivent.

La sobriété se trouve. Sans frustration.

C’est une demande qui revient régulièrement en séance avec une conscience qui a évolué depuis le confinement : arrêter d’acheter de manière compulsive, retrouver juste le plaisir de se faire plaisir.

Et vous, connaissez-vous des épisodes où vous vous lâchez ?

Commentez cet article

36 commentaires

Avatar de Chti'stelle

Chti'stelle

Ne pas acheter pendant le confinement ne m’a pas manqué une seconde. J’en étais même apaisée. Je me suis contentée de ce que j’avais déjà (c’est-à-dire pas tout à fait trois fois rien !) et en étais très heureuse. Je fais partie de celles qui ont voulu participer à la reprise auprès de mes marques/boutiques chouchou et comme souvent je suis allée un peu (trop) loin. J’avais tellement bien épluché les nouvelles collections sur les sites quand on ne pouvait rien acheter que j’ai laissé s’ouvrir les vannes un peu trop brutalement avec le déoonfinement…Il faut dire aussi que les collections PE m’interpellent souvent plus que AH. Je compte donc sur la saison prochaine pour trouver la sobriété fantasmée. Je ressens de plus en plus l’urgence de réduire la voilure côté fringues, mais le passage de la théorie à la pratique reste difficile. J’espère que le passage de cap de la 50 aine l’année prochaine m’y aidera (qu’à une chose au moins malheur soit bon !).


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Chti’stelle : idem, pas eu envie d’acheter pendant le confinement ni juste après mais je comprends le “besoin”). En revanche, je me suis offert de jolies pièces avec les ventes privées qui sont arrivées.


    Répondre

      Avatar de Chti'stelle

      Chti'stelle

      @mode-personnelle : en fait, j’ai du mal avec la modération : c’est un peu tout ou rien. Le premier achat lève l’inhibition et ensuite les autres suivent gaiment ! Ce qui ne m’empêche pas de culpabiliser. Encore heureux que j’aime et porte beaucoup ces nouveaux acquêts.


      Répondre

Avatar de Marji

Marji

Bonjour Isabelle,

merci pour cet article, je suis malheureusement concernée.

Vinted est particulièrement addictif.

J’ai entendu dire qu’un jeu de grattage de la Française des jeux a été retiré de la circulation parce que les mises très modestes encourageaient les gens à rejouer encore et encore à l’excès.

Autre point commun avec les jeux d’argent Vinted a un côté loterie puisqu’on ne peut pas faire de retour en cas de déception!

Mais je n’ai pas attendu cette plateforme pour acheter trop.
J’aime tout, j’ai envie de tout (ou “besoin” de tout).

Les petits prix, les belles matières, le luxe, le fait main sur Etsy…

Toujours “besoin” d’une dernière pièce pour compléter ma garde-robe.

Pourtant je ne suis pas de celles qui laissent les étiquettes dans une garde-robe débordante.

Je porte réellement mes vêtements ou sinon je les donne à des associations. Je renvoie aussi quand c’est possible.

Bon, j’ai malgré tout eu du plaisir à changer de style récemment et reçois des compliments, mais clairement, je n’aurai pas “besoin” de passer seulement une tête aux soldes, j’ai tout ce qu’il faut 🙂

Ps. oh….et les vêtements que tu montres sur ce blog sont parfois aussi des déclencheurs d’achats!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Marji : moi non plus (comme la majorité d’entre nous ici), je n’ai besoin de rien. Mais j’aime me faire plaisir avec des pièces qui me font vraiment vibrer. Je me laisse prendre parfois par les choix que je fais pour le blog 😉


    Répondre

matchingpoints

Pour nous, acheter beaucoup veut dire, que nous ne mettons pas ces achats – alors ils sont de trop ! Heureusement nous sommes relativement raisonnables … à part quelques petits écarts. Lors du confinement, nous avons fait des économies que nous réservons peut-être pour l’automne, puisque jusqu’ici, nous avons survécu en fouillant dans nos armoires !


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @matchingpoints : “acheter beaucoup veut dire, que nous ne mettons pas ces achats” Excellente définition !


    Répondre

Avatar de Hadjoum

Hadjoum

Oh comme cet article me parle 😂
J’ai fait énormément d’achat ses deux derniers mois mais parce que j’ai fait un gros tri et que j’ai revendu beaucoup depuis janvier. Je dirais que 90% sont des achats réflechis et qui s’inscrivent dans ma nouvelle envie d’ethique et qu’ils se marient au reste de ma garde robe. Le reste sont des pièces qui répondent plus à la tendance du moment et qui ne resteront surement pas dans mon dressing très longtemps. Personne n’est parfait!
Mais j’ai « retrouvé le plaisir de me faire plaisir », c’est l’essentiel
Merci pour cet article


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Hadjoum : le plaisir de se faire plaisir… c’est tellement important d’avoir cette conscience. Je vois trop d’achats irréfléchis ou qui ne plaisent qu’à moitié.


    Répondre

Avatar de Schlosser

Schlosser

Bonjour

Je trouve sévère votre “je ne parle pas de filles devant les Zara and Co- No comment”. Les filles en question aussi peuvent avoir envie de se faire plaisir, ou acheter ce dont elles ont envie ou besoin, chez Zara , aussi bien que Vinted


Répondre

    Avatar de Marie-sophie

    Marie-sophie

    @Schlosser : Je pense qu’Isabelle parlait de la longueur des files…et non pas des filles 🙂 Les premiers jours, le nombre de personnes autorisees dans les magasins etaient limites, d’ou l’attente…OU est le plaisir dans ce cas ?


    Répondre

      Avatar de mode-personnelle

      mode-personnelle

      @Marie-sophie @Schlosser
      En effet, merci Marie-Sophie, je parle bien des “files”. Pas des filles ! Je ne suis pas là pour juger. Bien sûr, on a le droit de se faire plaisir chez Zara (Mango and co). Ces enseignes savent parfaitement nous titiller. J’évoque juste cette précipitation le premier jour du confinement et ces queues interminables. Je m’interroge sur ce “besoin”. L’attente, la foule, la promiscuité sont-elles compatibles avec le plaisir ?


      Répondre

Avatar de alexa

alexa

Pendant ma période de télétravail, je n’ai rien acheté ni même fait de Wish -Lists, je me sentais bien mais je n’avais envie de rien et puis un jour à la fin de cette période j’ai accompagné une amie qui avait un bon cadeau chez Gucci (!) et qui avait besoin de mes sages(?) conseils… J’ai bien été attirée par une paire de Sneakers (ceux avec les chats sur les côtés) mais j’ai résisté…Resultat des courses, l’amie a certes acheté une paire de Sneakers qu’elle a rendus deux jours après et moi j’ai acheté ceux qui me faisaient de l’oeil la semaine d’après. Je les aime, je les porte et ils symboliseront toujours cette periode.
A période exceptionnelle, achat exceptionnel!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @alexa : quelle chouette histoire ! J’aime quand les vêtements sont colorés ainsi.


    Répondre

Avatar de Bénédicte D

Bénédicte D

Bonjour Isabelle! !!…je fais partie de celles qui ont un rapport un peu compliqué avec leur corps et leurs vêtements alors de ce point de vue le confinement m’a fait du bien. …j’ai rangé, trié, essayé et gardé tout ce qui correspondait à mon mode de vie habituel finalement, c’est à dire beaucoup chez moi et un peu dehors. …Et je me suis glissée sans prise de tête dans tout ce que je possédais de confortable et doux! !!….ce qui ne veut pas dire jogging ou pyjama toute la journée. …mais les mêmes vêtements, les formes assez semblables et aucune prise de tête le matin devant mon armoire. ….
J’ai tout ce qu’il me faut dans le même genre pour assurer l’été et aucune envie d’achats de vêtements! !!!!..
Par contre je m’aperçois que je n’ai rien contre une bague supplémentaire ,et une montre éventuellement! !!!!
Quelques objets pour la maison, des livres toujours beaucoup. ….
Un téléphone neuf peut être et un casque tout léger sur les oreilles. ….
Bref les boutiques ne me manquent pas et les commerçants ne vont pas pouvoir compter sur moi pour remonter leur chiffre d’affaire! !!!!!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Bénédicte D : je le fais pour toi 😉
    Je remarque que cette période, malgré la peur inhérente, aura permis de se recentrer et de se regarder autrement. Avec plus de bienveillance ou en tout cas, d’intérêt.


    Répondre

Avatar de Benedicte

Benedicte

Pendant le confinement, j’ai continué à m’habiller (j’aime trop les vêtements pour trainer en jogging) avec ce que j’avais dans mon placard et j’ai fait une commande à la Redoute (la collection Vanessa Seward dont je suis fan). j’en ai profité pour faire un peu de tri. J’ai fait un peu de couture aussi. Depuis je n’arrive plus à acheter dans les magasins (le masque me gêne, essayer ne me fait pas envie, bref, cet été je ferai avec ce que j’ai déjà. En vieillissant j’achète moins parce que je deviens plus exigeante et parce que je cible mieux ce dont j’ai besoin ou envie. Mais acquérir et porter une nouvelle pièce me fait toujours autant plaisir.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Benedicte : pour moi, l’exigence est une qualité requise pour le shopping !


    Répondre

Avatar de Scampi

Scampi

Je ne gagne pas beaucoup d’argent cette année alors je culpabilise très très vite, au point d’en avoir le palpitant qui s’active au moment de sortir la CB pour des sommes franchement pas délirantes. Mais depuis le confinement, chaque euro dépensé pour autre chose que de la bouffe me pèse un peu. J’aime toujours autant mes après-midi friperies, mais je ressens plus que jamais le besoin d’acheter des pièces “waouh” qui me conviennent à 100% et non des “demi coups de coeur” que je regretterai le lendemain. J’ai encore du mal à faire la différence…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Scampi : acheter des pièces “waouh” qui me conviennent à 100% et non des “demi coups de coeur” = bravo !! C’est ce que je répète aux personnes que je conseille. Même un t-shirt à 2 euros doit être satisfaisant.


    Répondre

Avatar de Marie-sophie

Marie-sophie

Je me reconnait absolument dans ce profil, et oui, il y a definitivement des moment on je me lache , lol! Principalement sur du seconde main, peu cher, et tres rarement pour repondre a un reel besoin! Mais j’aime le jeu, denicher ces pieces qui, une fois portee ensemble, me donne l’impression de m’habiller chez Dries an Noten ! Alors, je m’appercoit que j’achete trop quand des doublons apparaissent dans mon dressing (trop de rayures, ou trop de carreaux par exemple) ou alors, trop de pieces molles et sans tenues, achetees simplement car l’imprime etait pas mal, ou parce que c’etait fabriquer localement par un designer de chez nous…ca ne fait pas tout! Par contre, tres peu d’acahts en ligne pour ma par: j’aime toucher et essayer, ce qui limite un peu les craquages 😀


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Marie-sophie : j’aime bien ta conception du “j’achète trop” liée aux doublons. J’en vois beaucoup dans les penderies. Je comprends ce réflexe qui rassure sur le moment mais frustre sur le long terme.


    Répondre

Avatar de eveange66

eveange66

Vinted est devenu ma drogue …. !!
Non j’exagère carrément mais il est vrai que, depuis que j’ai découvert ce site, je n’achète quasi plus rien neuf. Et cet hiver, j’ai pas mal acheté … des bottines et boots !! Mais je les ai toutes portées sauf une paire, trop hautes pour moi.
Etait ce trop ? Peut être. Mais après quasi 3 ans de vaches maigres, par choix et absence d’envie en raison de ma maladie, et bien je me suis lâchée.
Par contre, oui j’ai déjà acheté beaucoup, neuf, sans beaucoup porté, dans le passé. Un peu comme une indigestion qui, parfois, te dégoute un peu de ton plat préféré… pour un moment.
Alors c’est vrai que mon dressing est bien plein, je dois faire la transition de vêtements hiver/été pour tout ranger.
Mais j’essaye de tout porter encore une fois.
Et surtout, j’ai désormais une belle collection de pyjamas/chemises de nuit, j’en ai beaucoup porté ces dernières années !!
En ce moment, envie/besoin de rien vraiment, si ce n’est des masques en tissu que je vais trouver sur Etsy.
Par contre, la question chez moi c’est : aies je trop de paires de chaussures ? (j’en ai beaucoup !!!).


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @eveange66 : si tu veux que je t’indique un nombre de paires à ne pas dépasser, tu es tombée sur la mauvaise personne 😀 L’essentiel est d’être honnête avec soi-même, de bien différencier la compulsion du plaisir. Surtout, je me réjouis de te savoir en meilleure santé.


    Répondre

Avatar de Moutchiquett

Moutchiquett

Tellement juste !
Le confinement m’a fait prendre beaucoup de recul par rapport à la consommation. Il est arrivé à un moment où je me mettais en quête de trouver ma tenue pour le mariage d’une de mes filles…j’ai donc été à l’affût des nouvelles collections sur les marques qui me plaisent, et très déçue de leur pauvreté ! Hé oui, tout s’est arrêté, la production, la logistique et certaines marques proposent leur collec hiver 2020, en ayant zappé l’été !!! J’ai finalement acheté une robe dès la sortie de confinement, qui avait été mon premier coup de coeur en janvier !!! Depuis plusieurs années, quand on me demande ce que je cherche dans un magasin de vêtements, je réponds “besoin de rien, envie de tout “( et pour autant, j’essaie de bien réfléchir tous mes achats)…là, je me suis trouvée dans la situtation d ‘avoir justement besoin de quelque chose, et dans la difficulté de le trouver !!! Bref, ce cheminement a curieusement éteint toutes mes envies, car j’ai pris conscience de combien j’étais finalement soumise à un système, même si j’achète en seconde main de puis toujours et raisonne tous mes achats de neuf.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Moutchiquett : le chemin de cette prise de conscience est passionnante. Rien n’est jamais figé, le désir et les besoins sont en mouvement constant même si nous n’en avons pas conscience.


    Répondre

Avatar de sof

sof

Le confinement a été salutaire pour moi à ce niveau-là. Je me suis rendu compte que le shopping ne me manquait pas et, si j’avais déjà commencé à prendre du recul sur ma consommation de fringues, ça m’a permis de poursuivre ma… “transformation” ! Peut-être le fait de me retrouver chez moi en continu entourée de tout mon bazar ? Par ailleurs, comme beaucoup, le confinement m’a permis de me mettre à la couture (d’abord pour des masques, puis j’y ai pris goût) et j’ai désormais envie de faire par moi-même, donc de choisir mieux et de faire davantage gaffe à la qualité.
Une astuce que je pratique depuis quelques mois quand j’envisage un achat : je le convertis en heures de travail. Par exemple : ce top représente 3 heures de mon salaire. est-ce que ça vaut vraiment le coup ? Si c’est non, je repose en rayon…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @sof : ah oui, ton astuce peut réfréner des envies ! Comme la conversion en franc. Ça fait mal ! Le prix des tomates ou des cerises, aussi.
    Au moins, le confinement aura permis des prises de conscience intéressantes.


    Répondre

Avatar de laurence

laurence

Ne pas acheter ne m’a pas manqué…vinted non plus , site sur lequel j’ai dépensé mon budget vêtements et pour lesquels j’ai perdu de l’argent (retour pas possible)…j’ai fait du tri, et j’en fais encore.. j’essaie de réfléchir à mes achats maintenant d’autant plus que je fais un 44/46 et franchement la mode n’est pas faite pour les formes voluptueuses…c’est, soit trop petit, soit trop grandes tailles…j’ai envie de moins, de plus chic, plus durables.. et mon seul achat depuis le déconfinement a été la baque Idole de Christofle qui me faisait envie depuis quelques temps déjà…énorme coup de coeur


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @laurence : voilà un vrai cadeau coup de cœur, réfléchi, mûri… qui va durer. Je vois de plus en plus de discours autour de l’achat bien pensé et plus respectueux. Dans tous les sens du terme.


    Répondre

Avatar de Murielle

Murielle

Le confinement m’a fait prendre conscience que je pouvais très bien vivre et être heureuse, sans acheter régulièrement, même si je me fournissais dans des petits budgets. Six mois sans achats…et aucun manque.
Pour cause aussi de budget réduit à partir de cette année, mes futurs achats seront très réfléchis, ils devront être indispensables, un peu plus chers mais ils vont devoir durer des années.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Murielle : je ne sais plus qui a dit (Edmond de Rotschild ?) : “je ne suis pas assez riche pour acheter bon marché… mieux vaut miser sur la qualité qui dure même si c’est plus cher. On est toujours gagnant.


    Répondre

Avatar de Caroline

Caroline

Excellente question… En 2019, j’avais décidé d’arrêter d’acheter du neuf et étais devenue accro à Vinted (où j’ai fait pas mal d’erreurs d’achat). Là, j’ai quasiment arrêté Vinted, acheté un peu de neuf aussi mais surtout pris mon temps. C’est chouette. J’espère que les phases rageuses d’achats s’espaceront, voire s’arrêteront.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Caroline : “prendre son temps”, c’est une bonne façon de calmer la “rage”.


    Répondre

Avatar de Rouletabille

Rouletabille

Ce que je redoute dans le fait d’acheter trop, ce n’est pas trop la culpabilité (marre de ces personnes qui se flagellent sur les réseaux sociaux pour un top Zara comme on irait à confesse, ou qui alignent leur non achats comme des bons points…). Non c’est surtout cette espèce de chargé mentale que font peser les vêtements pas assez portés, pour lesquels il faut forcer une occasion, inventer toute une tenue .. et quitter sa penderie en pensant à tous ceux qu’on rangera à la fin de l’été sans les avoir assez portés pour en justifier l’achat. Bref quand un vêtement de plus génère du stress là où il devrait y avoir du plaisir, c’est qu’il est temps de s’arrêter !!!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    @Rouletabille : tes réflexions sont si justes et pertinentes. Dire qu’il n’y a pas si longtemps, on avait “le droit” de se vanter de ses sacs remplis de “bonnes affaires”. Après, si la prise de conscience est sincère 😉


    Répondre

MON BLOG PERSONNEL

Oui, c'est possible de suivre les tendances sans ressembler à tout le monde. Oui, il y a plusieurs façons d'exister. Même si on n'a plus 25 ans, on peut inventer son style. Oser. S'amuser. Et se mettre en mode personnel. Je suis une spécialiste de la penderie heureuse, un guide qui vous aide à ne ressembler qu'à vous-même...

Voir mon profil

mode personnel(le)
MODE : n.f. Conforme au goût du jour. n.m. Manière individuelle de vivre, d'agir, de penser. PERSONNEL,ELLE : adj. Qui concerne une personne. Qui s'adresse personnellement à quelqu'un. MODE PERSONNELLE : n.f. La mode sur un ton personnel. Le mien, le tien, le sien.
Et si on prenait rendez-vous !
écrivez-moi ici
isabelle@modepersonnel.com
Podcast
podcast
Facebook
Retrouvez les articles ici

Mes leçons de mode en librairie

You’re so French ! Cultivez votre style… Éditions de La Martinière

Mon dressing idéal, Solar

S’abonner à la newsletter
ChargementChargement


Retour vers le haut de page