Pourquoi c’est dur de vider sa penderie

mode-personnelle, publié le , mis à jour à

Joli look Leon & Harper

Depuis plus de dix ans, j’aide des femmes à trier leur penderie pour garder le meilleur et apprendre à porter tous ses vêtements. Il y a les celles qui affirment d’emblée se débarrasser sans états d’âme de leurs habits et les plus nombreuses qui ont beaucoup de mal à laisser partir des pièces qui ne leur vont pas. Ce brassage émotionnel entre le passé et le présent laisse rarement indifférent.

Les vêtements disent intimement qui nous sommes. Ils parlent de notre vie, de nos souvenirs, de nos regrets, de nos émotions…

J’explique toujours précisément pourquoi il vaut mieux dire au revoir à un vêtement (une affaire de coupe ou de style qui ne matche pas avec la personne en face de moi). Ça ne m’empêche pas d’écouter les raisons pour lesquelles les adieux sont parfois délicats et si les sentiments s’en mêlent, je n’insiste pas. Chacun a le droit d’avoir un « petit » musée intime de souvenirs précieux : la robe « trop petite » offerte par un mari chéri ; le foulard « moche » hérité d’une maman adorée ; la blouse ethnique souvenir d’un voyage extraordinaire ; le t-shirt doudou de la fac ; le collier abîmé fétiche qui a passé plusieurs entretiens d’embauche avec succès…

A l’inverse, il m’arrive de servir de prétexte pour éliminer un cadeau empoissonné :  « Je dirai à ma sœur que vous avez insisté pour que je me débarrasse de ce pull atroce qu’elle m’a offert. » J’assume !

Mais parfois, ça coince un peu : « Ah bon, je dois m’en débarrasser ? Je l’ai payée une fortune, on voit vraiment les taches ? ». Je me suis amusée à me remémorer quelques « bons prétextes » qui encombrent inutilement une garde-robe. Gagnantes : les erreurs d’achat et les « on sait jamais ».

« J’ai payé cette veste très chère mais je ne l’aime pas. D’ailleurs, elle a encore son étiquette mais j’ai mauvaise conscience de la donner »

« J’ai acheté ce pull pour me dépanner un jour où j’avais froid mais sa couleur me donne un teint d’huître »

« Cette jupe est griffée mais je ne la porte pas parce qu’elle accroche les bouloches »

« Ma chemise en jean est vieille et trop ample mais c’est ma seule »

« Les escarpins de ma période working girl me font atrocement mal mais on ne sait jamais, si j’ai besoin de talons »

« Je garde cette robe de créateur mais je déteste avoir l’air apprêtée, elle ne sort pas de sa housse »

« Si je réussis à perdre dix kilos, je rentrerai peut-être dans ce pantalon. Ah bon, il est élimé ? »

« C’est improbable avec l’état de mon genou mais si jamais, je refais du ski, j’aurai toujours ma pile de gros pulls moches mais chauds. »

« Je détesterais rebosser dans la finance mais au cas où, j’ai mes tailleurs noirs »

« Je ne porte plus de fourrure mais ce blouson en lapin est quand même mignon, non ? »

« Ça fait quinze ans que je trimballe la veste pied-de-poule de mon grand-père, j’aurai peut-être le temps de trouver un bon retoucheur avant de déménager »

« Je n’ai plus envie de porter du court mais ces robes sont trop mignonnes »

« Si la mode du taille basse revient, je serai contente d’avoir ma vieille collection de slim »

« Peut-être qu’un jour, ces bottes arrêteront de me faire mal ! »

« Ce sac rouge déteint affreusement sur mes vêtements mais quand j’aurai un manteau noir, ça ira »

« Je me sens mal dans cette robe qui n’est pas mon style et fait ressortir mon ventre mais elle est vraiment belle. »

« Ce chemisier me fait transpirer mais j’aime bien ce rouge »

« La coupe de cette robe ne me va pas mais c’est le seul imprimé que j’ai »

Etc…

Je remarque que c’est toujours un soulagement de voir partir les vestiges qui collent aux basques depuis des années. Je conseille de balayer la culpabilité en donnant ou en vendant les vêtements qui ne vont plus.

Devant une garde-robe allégée, on y voit plus clair pour trouver des idées pour associer ses vêtements. C’est la deuxième étape de la détox penderie et là, c’est une nouvelle histoire passionnante qui commence !

Et vous, avez-vous des vêtements dont vous avez du mal à vous défaire ?

Il reste des places pour mon ATELIER STYLE du samedi 7 décembre (10 – 13 heures) : “PIMENTEZ VOTRE GARDE-ROBE” ou comment sortir des basiques sans se tromper et jouer avec les accessoires.

Inscrivez-vous ICI (le règlement de 60 euros fait office d’inscription).

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori.

42 commentaires

Avatar de Backroline

Backroline

Ton article tombe à pic! Je viens de finie mon tri, et après 2 sacs pour Emmaüs, et le reste sur Vinted, je me sens tellement plus légère! Les “bons prétextes” sont vraiment drôles. Moi j’ai une maman qui me disait quand j’étais jeune et que je voulais trier: ” tu peux le garder pour aller aux champignons!” Si je l’avais écouté, j’aurai eu une garde robe incroyable pour aller ramper dans les sous-bois! 🙂


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Génial ! J’adore ton anecdote !! On a tous un vêtement pour les champignons 😀


    Répondre

Avatar de Noremma2009

Noremma2009

Je crois que j’ai le problème inverse !
Je trie un peu trop facilement.
Or je me suis rendue compte que parfois c’était juste que je n’avais pas trouvé avec quoi mettre le vêtement non porté.
Alors dorénavant, à moins que vraiment un vêtement ne m’aille décidément pas du tout, je le garde un peu (je lui laisse au moins une chance l’année suivante) avant de m’en séparer.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Mais oui, c’est le principe de ma détox penderie : apprendre à associer les vêtements peu ou pas portés. Il y a forcément des combinaisons possibles. Sauf si OVNI 😀


    Répondre

Avatar de Sadhana

Sadhana

Et les vieux tee-shirt american vintage avec un micro trou, sous les pulls l’hiver, on peut pas les garder?
(je connais la réponse, mais je suis d’humeur taquine) Même les vendeurs de chez Majestic le font, si, si…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Allez, j’avoue, j’ai un très vieux tshirt isabel marant (le truc seconde peau transparent) avec un tout petit trou qui me suit partout depuis longtemps 😉


    Répondre

matchingpoints

Nous nous sommes tant aimés … quelques belles pièces, choisies avec soin, portées avec amour, toujours impeccables mais plus trop dans le coup !


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Oh, comme la référence est jolie !


    Répondre

Avatar de Josefinalaplage

Josefinalaplage

Un déménagement m’a fait prendre conscience que j’avais gardé 20 ans de vie, penderie comprise. Depuis je trie à chaque changement de saison, et donne ou vends les pièces qui ne me rendent pas ou plus heureuse… sans regret. Vinted est pour moi déculpabilisant en cas d’erreur d’achat: le produit de la revente permet de s’offrir la pépite convoitée et dont le prix neuf dissuadait.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Je me reconnais ! La vente déculpabilise du nouvel achat “pas indispensable”… Ouf !


    Répondre

    Avatar de Natginger

    Natginger

    @Josefinalaplage : Ah vraiment vous avez de la chance de vendre sur Vinted, et de récupérer quelque chose: j’ai dû y vendre une paire d’escarpins neufs, en parfait état, 12 euros…..


    Répondre

Avatar de Cecile

Cecile

J’élimine un peu chaque saison (obligée aussi par une penderie pas très grande et qui en plus s’effondre quand c’est trop lourd). Toutefois, j’avoue, je conserve des trucs que je ne mets absolument jamais (ex: des jupes noires) en mode «on ne sait jamais… » Vraiment bizarre cette histoire. Le pire un petit gilet en soie vert kaki brodé avec des perles. Quand je l’ai acheté, les enfants étaient petits, je devais souvent les porter dans les bras et donc ne pouvais pas le mettre car il était trop fragile. Maintenant ce gilet est juste passé de mode mais
tjs là quelque part…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Ce gilet appartient à l’histoire, à un moment particulier et marqué dans le temps… Peut-être sortait-il du lot, difficile de l’évincer au même titre qu’un vieux jean.


    Répondre

Avatar de Caroline

Caroline

J’ai tendance à beaucoup trier, voire trop (ah, ce manteau chiné en astrakan et vison que j’ai donné à Emmaüs avant de partir vivre en Suisse!). Mais je garde quelques pièces griffées (mes pièces Vuitton) parce que ce sont des vêtements rares et bien fait. On parle de 5 vêtements qui ne prennent pas beaucoup de place.

Gros sujet, sinon : les prises et pertes de poids, surtout quand on varie au cours de l’année… ou d’une année sur l’autre… que faire alors?


Répondre

Avatar de Bénédicte D

Bénédicte D

Bonsoir! !…il y a beaucoup de pièces que je regrette d’avoir éliminé car je ne savais pas les porter, et d’ autres que je traîne, met, range et ressort car j’ai peur de faire la même erreur! !!….
Oui je sais c’est bizarre et du coup je met tout le temps les mêmes quelques trucs dont je suis à peu près sûre. ……
😆😂😡😙


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Et que se passerait-il si tu faisais une tentative dont tu n’es pas sûre ? Tu essayes et tu nous dis ? 🙂


    Répondre

Avatar de Cibou

Cibou

Clairement je garde beaucoup, sans doute trop, mais j’aime regarder les vêtements ou chaussures que je ne porte pas/plus et que je trouve beaux, un peu comme une collectionneuse. Les posséder me rend heureuse même sans les porter.


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Pourquoi pas ? Le principal est de se sentir heureuse, en harmonie avec sa penderie, avec les pièces portées et non portées, sans frustration.


    Répondre

Avatar de alexa

alexa

J’ai souvent utilisé les prétextes que tu cites, tout en sachant au fond de moi que je n’allais jamais (re)mettre certains vêtements.
Puis un jour, l’age aidant, j’ai changé´et maintenant quand j’achète un nouveau vêtement, j’en “élimine” un autre et je ne l’ai jamais regretté.
J’ai bien entendu aussi mon musée personnel composé essentiellement de vêtements ayant appartenu à mes parents qu’il m’arrive de porter encore car ce sont des classiques. Pas touche à ceux-là!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Les bottes Bailly 😉 Bref, un musée vivant !


    Répondre

Avatar de Chti'stelle

Chti'stelle

J’ai la main plutôt lourde pour trier car il faut faire de la place aux petits nouveaux que je ne peux pas m’empêcher d’accueillir fort généreusement ! J’ai sans doute été un peu vite en besogne parfois, mais les petits nouveaux tout fringuant (c’est le mot !) me font généralement vite oublier mes vieilles amours…Je crois que j’ai une approche assez gestionnaire et rationnelle de ma penderie quand je débarrasse et une approche beaucoup plus affective et irrationnelle quand j’achète !


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    La distinction que tu fais entre les deux est intéressante ! J’ai constaté que l’inverse est possible aussi. Ou les deux, selon les vêtements.


    Répondre

Avatar de Chantal

Chantal

Bonjour
C’est rigolo je vide en cachette de mon mari.
Il a du mal à voir partir mes vêtements qui sont vieux, ne me vont plus ou sont abimés etc…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Je vois très bien ! Je le constate régulièrement lors des séances “detox penderie” : “Je veux me débarrasser de cette pile avant que mon mari rentre à la maison. En plus, il ne comprendrait pas pourquoi j’ai besoin de me racheter des choses !!!”


    Répondre

Avatar de Natginger

Natginger

J’ai vidé régulièrement, mais par exemple, certaines jupes que j’ai données à la fille d’une amie, qui me disait “mais si jamais tu mincis, tu pourrais les remettre” , que nenni ai-je rétorqué. Et bien j’ai minci et je les ai un peu regrettées…. J’ai gardé des pantalons, que j’ai pu remettre, et puis j’ai regrossi, et alors en ce moment, ça repart vers la baisse, alors je garde. Problème avec de fort jolies chaussures, neuves: maladie qui fait que mes articulations gonflent, pas possible de les mettre. Les vendre, non, je n’en trouverai pas les mêmes, neuves, et si je revenais à ma toute petite pointure, à un prix accessible. Alors je garde en les stockant ailleurs, parce que zut alors! Sinon j’applique le “est-ce que ce truc me hérisse le poil” auquel cas j’essaie de vendre ou je donne….J’évite maintenant de garder tout ce qui ne me fait me sentir mal en le touchant/regardant….


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    “est-ce que ce truc me hérisse le poil” : je trouve ton astuce plus efficace que celle de Marie Kondo (“est-ce que ce vêtement vous donne de la joie ?”) : parce que c’est aussi la silhouette (le look) dans sa globalité qui donne de la joie (plus que la pièce en elle-même)… alors que porter un vêtement que l’on n’aime pas brouille tout.


    Répondre

      Avatar de Natginger

      Natginger

      @mode-personnelle : C’est vrai, on se brouille avec soi-même 🙂 En tout cas, je t’assure, c’est physique, je crois l’avoir déjà commenté sur ce blog, j’arrive même à sentir qu’un vêtement/accessoire n’ira pas même en le voyant sur un site Internet….


      Répondre

        Avatar de mode-personnelle

        mode-personnelle

        Tu veux dire que tu sens “vraiment” ton poil se hérisser en voyant un vêtement qui ne te plait pas, y compris sur internet ? C’est pratique ! Fais confiance à tes sens 😉


        Répondre

          Avatar de Natginger

          Natginger

          @mode-personnelle : Oui!


          Répondre

            Avatar de mode-personnelle

            mode-personnelle

            C’est drôlement pratique !!


            Répondre

Avatar de Claire

Claire

J’ai au fond de mon placard une ou deux robes trop petites mais de jolie facture, que je conserve sans état d’âme “pour ma fille quand elle sera grande”. le temps dira si elle les porte un jour !
Je sais que adolescente , j’avais récupéré deux robes de ma grand mère, un bustier à sequin noir et une petite veste argentée. Les deux robes (une jaune, une rouge) ont disparues au cours de mes études, mais j’ai encore le bustier et la veste argentée… Ce sont mes trésors sentimentaux!


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    C’est formidable de s’offrir des pièces d’une génération à l’autre sans se décarcasser pour trouver comment les porter. On les a. Point. Comme tu dis, des trésors sentimentaux.


    Répondre

Avatar de laprincesseaupetitpoids

laprincesseaupetitpoids

Vraiment Isabelle nous devrions toutes adepte de votre site déposer nos vêtements sur un site, qui est à créer
uniquement par échange en CONFIANCE…


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Chère Princesse, ce serait un honneur et une joie !!


    Répondre

Avatar de sof

sof

J’ai gardé la robe de mon mariage civil, une robe 1.2.3 superbe, classe… que je n’ai mise qu’une seule fois. Nettoyage à sec, il me semble, mais là n’est pas le problème. J’ai pris énormément de poids quelques mois après mon mariage (à cause de problèmes de boulot) et je ne l’ai jamais perdu. Ca + 2 grossesses = je fais 3 tailles de plus que la fameuse robe. Je n’arrive pas à m’en séparer parce que, ben, la valeur sentimentale quoi !


Répondre

Avatar de Murielle

Murielle

Il y a quelques années, j’ai fait partir trois tenues qui avaient une très grande valeur sentimentales à mes yeux, je crois que je le regretterai tout ma vie….


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Que regrettes-tu vraiment quand tu regrettes ces tenues ?


    Répondre

      Avatar de Murielle

      Murielle

      @mode-personnelle : Ces trois tenues avaient été portées lors de journées passées avec quelqu’un qui comptait beaucoup pour moi.
      Elles étaient le souvenir “palpable” de ces moments.
      Maintenant il ne me reste que les souvenirs dans la tête…


      Répondre

        Avatar de mode-personnelle

        mode-personnelle

        Je comprends… les vêtements auxquels on tient le plus sont souvent liés à des émotions.


        Répondre

Avatar de Violette.b

Violette.b

L’accumulation et le tri , le grand balancier de ma vie .
Je suis une collectionneuse alors je garde ce qui est beau , je suis une compulsive alors je garde ce qui me “répare” , je suis une fashion addict alors je m’enthousiasme , j’aime jouer alors je garde une tenue pour chaque occasion et ne pas être prise au dépourvu , je suis une sentimentale je garde les vêtements à message ….bref on n’est pas rendues …..il me faut des plombes pour me débarrasser ….le seul truc qui marche le vêtement attaché à un mauvais moment de ma vie , après un purgatoire il dégage
Sinon entre l’éternel recommencement de la mode , un gout excentrique , des intemporels, des pièces vintages ….je garde …c’est mon trésor


Répondre

    Avatar de mode-personnelle

    mode-personnelle

    Comme tout est joliment écrit. Je me reconnais bien dans cette sensibilité. J’ai appris à me délester sans trop de sentimentalisme.


    Répondre

MON BLOG PERSONNEL

Oui, c'est possible de suivre les tendances sans ressembler à tout le monde. Oui, il y a plusieurs façons d'exister. Même si on n'a plus 25 ans, on peut inventer son style. Oser. S'amuser. Et se mettre en mode personnel. Je suis un flic de penderie, un coach de shopping, un guide qui vous aide à ne ressembler qu'à vous-même...

Voir mon profil

mode personnel(le)
MODE : n.f. Conforme au goût du jour. n.m. Manière individuelle de vivre, d'agir, de penser. PERSONNEL,ELLE : adj. Qui concerne une personne. Qui s'adresse personnellement à quelqu'un. MODE PERSONNELLE : n.f. La mode sur un ton personnel. Le mien, le tien, le sien.
Et si on prenait rendez-vous !
écrivez-moi ici
isabelle@modepersonnel.com
Podcast
podcast
Facebook
Retrouvez les articles ici

Mes leçons de mode en librairie

You’re so French ! Cultivez votre style… Éditions de La Martinière

Mon dressing idéal, Solar

S’abonner à la newsletter
ChargementChargement


Retour vers le haut de page