Acheter pour soi sans culpabiliser

, publié le , mis à jour à

-

> blouson en cuir La Redoute Collections

Dressing minimaliste, penderie éthique, garde-robe responsable donnent un sacré coup de poing au shopping irraisonné. On ne veut plus de gâchis, de vêtements portés deux fois ou d’armoires qui débordent. Tant mieux si cette nouvelle morale du shopping ne se transforme pas en injonction.

Je trouve formidable d’apprendre aux personnes que je conseille à faire du shopping dans leurs penderies avant de les accompagner dans les boutiques pour trouver les bonnes pièces, celles qu’elles vont aimer longtemps.

-

> look Le Mont Saint Michel

Et puis toutes les femmes ne sont pas des dingues de mode et de shopping. Loin de là.

Je vois des tiroirs chargés mais aussi des armoires qui ont besoin d’être remplies ou totalement renouvelées. Des femmes qui n’arrivent pas à « claquer » pour elles alors qu’elles n’ont aucun problème à dépenser pour leur ado.

C’est parfois plus simple de gâter les autres.

Et si, par accident, ces femmes qui culpabilisent à chaque achat un peu futile réussissent à s’offrir ‘une folie inutile”, elles ont tendance  à reléguer l’objet coupable au fond d’un placard.

“Qu’est ce qui m’a pris d’acheter ça !”

 

-

> cabas Gitane Rhapsody

Bien sûr, le bonheur ne se niche sûrement pas dans l’abondance mais je trouve un peu triste de se mettre systématiquement de côté.

De pinailler sur un jean cheap parce que “c’est pas la peine de dépenser pour un basique” (erreur !) ou de se refuser une chouette paire de baskets dorées dont évidemment on n’a pas “besoin” parce qu’on en a déjà des blanches.

-

> baskets en cuir irisé Veja

Militer pour le commerce équitable, préférer acheter ce qui est fabriqué en France et se gâter de temps en temps ne sont pas des comportements incompatibles.

On peut par exemple reconnaître les folies moins périssables que d’autres : pas forcément l’accessoire ou la fringue du moment mais des pièces durables et non datables. Et tant qu’à faire audacieuses.

A chacune de vivre sa penderie comme elle le souhaite. Avec un peu ou beaucoup de “turn over”. Et de la joie, c’est mieux !

Penderie minimaliste ne devrait pas rimer avec triste. Ni bonnes résolutions avec frustration.

Qu’en pensez-vous les amies ?

Commentez cet article

Votre commentaire sera publié directement et modéré a posteriori.

60 commentaires

SuperMadame

Que du bien, c’est sûr ! 😉 Certes… Malgré tout, hélas, choisir c’est renoncer… Mais cela vaut évidemment pour les penderies minimalistes et raisonnées tout autant que pour les débordantes !


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Bien sûr, tu as raison, on renonce toujours à quelque chose. C’est sans doute ce qui rend le choix plus précieux.


    Répondre

      SuperMadame

      @mode-personnel : Merci pour cette réponse, dont je me sens toute réconfortée. Et même, bizarrement, comment dire… profondément réconfortée. Comme quoi, le sujet doit être plus sensible que je voulais le croire !


      Répondre

        Avatar de mode-personnel

        mode-personnel

        Mais oui, notre deuxième peau dit beaucoup de nous 😉


        Répondre

Val Lao sur la Colline

Ma penderie n’est pas minimaliste, mais je constate que j’achète moins et plus “juste” ces derniers temps, et ça me va très bien. Je suis actuellement en quête d’un petit blouson en cuir vert olive, et j’ai eu un choc en ouvrant ton blog ! Ce n’est pas le modèle que je cherche (plus fin, plus ajusté), et si je le trouve, ce sera ma pièce audacieuse et durable à moi !


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Je comprends le “choc” ! 😉 Je comprends ton choix. Cuir olive, fauve… quel chic ! Tu nous diras si tu as trouvé ta perle.


    Répondre

      Val Lao sur la Colline

      @mode-personnel : en fait, j’en ai repéré un dont l’aspect et la coupe me conviennent mais j’ai une hésitation sur les fermetures à glissière que je trouve un peu trop nombreuses et clinquantes…


      Répondre

        Avatar de mode-personnel

        mode-personnel

        Hummm… c’est pas très bon signe. Suis ton ressenti. Tu risques de bloquer sur ces zip et de t’en vouloir pour un achat pas complètement satisfaisant.


        Répondre

Avatar de Carole

Carole

Oh oui, j’ai envie de déculpabiliser… j’ai lu ce week end Retro Cool attentivement. tu connais ? https://livre.fnac.com/a12646707/Katell-Pouliquen-Retro-cool
Sortir de la fast fashion pour adopter dans tous les sens du terme les vêtements qui nous ressemblent, ceux qui comprennent qui nous sommes et qui rajoutent ce supplément d’âme, et les porter avec amour et confiance jusqu’à l’usure. C’est une belle déclaration à soi, à la mode, aux vêtements.


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Oui, Carole, je connais ce livre mais je ne l’ai pas lu. Tu vas m’y inciter !
    “les vêtements qui nous ressemblent, ceux qui comprennent qui nous sommes…” Comme tes mots me parlent. Merci.


    Répondre

Avatar de Noremma2009

Noremma2009

Je n’ai jamais culpabilisé d’acheter pour moi (ça ne lésait personne).
Aujourd’hui en revanche, je culpabilise quand j’achète un vêtement par plaisir (et non par besoin) en ayant le sentiment de détruire un peu notre planète à chaque fois juste pour mon bien être personnel.
J’essaie de réduire mais difficile de supprimer complètement ces achats “plaisir”.
Et puis ça n’avance tellement pas à grande échelle que nos petits efforts me paraissent dérisoires … Mais je culpabilise quand même.


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Moi aussi, j’ai du mal à stopper ces achats plaisir. Mais chacun fait comme il peut. Je me dédouane par d’autres gestes : pas de voiture, le moins de plastique possible, d’aliments qui viennent de l’autre bout du monde etc… C’est la légende du colibri raconté par Pierre Rabhi : chacun fait sa part.


    Répondre

Avatar de Hermine

Hermine

C’est vrai que ça devient compliqué de gérer toutes ces injonctions.
J’achète peu pour moi, mais un peu plus depuis 2 ans environ (Parce que techniquement tout tombait en lambeau dans ma penderie et que j’ai du proceder à un tri drastique).
J’achète quasiment exclusivement éthique et bio (même si certaines choses me semblent encore introuvables dans ces categories), ce qui me revient très cher au vu de mes moyens.
Pour autant, pour gérer ma frustration eventuelle, je compense par une grande réflexion sur ma garde robe. Une sélection de pièces que je pense et réfléchis beaucoup en amont. Et je trouve un vrai plaisir avec chaque vêtement que je possède. Je porte des choses que j’ai réellement voulu et “mis en scène” dune certaine façon, bien avant.
Après c’est un système qui correspond bien à la fois à mon mode de vie et mes valeurs. Et je n’irai pas l’imposer à d’autres, ni juger pour celà, chacun fait son chemin à son rythme et selon ses priorités.


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ton “système” est formidable : tu es bien dans tes valeurs sans frustration, avec du plaisir, et sans juger les autres. Je n’en suis pas là. Ma penderie n’est ni minimaliste, ni éthique. Mais j’y travaille !


    Répondre

      Avatar de Hermine

      Hermine

      @mode-personnel :
      En même temps ça c’est pas fait tout seul mais par la force des choses. Finances en baisses, prise de poids qui m’incitait à toujours attendre le fameux jour où j’aurai maigri (spoiler alert : non il est pas venu), changement de vie, de travail …
      Et aujourd’hui ce blog qui m’aide dans cette démarche (chercher des choix qui me feront plaisir à porter).
      Et avec une profession dans la mode ou le style, je n’ose imaginer la difficulté voire l’impossibilité d’avoir une garde robe minimale !
      Mais qu’importe : MERCI !


      Répondre

        Avatar de mode-personnel

        mode-personnel

        Je te remercie pour ce compliment qui me touche beaucoup. Et bien sûr, je t’encourage à poursuivre ton chemin.
        Tu as raison, je suis très très loin d’avoir une garde-robe minimale. Mais c’est aussi une question de personnalité, je pourrais au contraire saturer des vêtements et rêver d’un uniforme. Pas du tout !
        Et merci à toi de prendre le temps de commenter, c’est précieux pour moi.


        Répondre

Avatar de Chti'stelle

Chti'stelle

Pas facile de lutter contre la culpabilité. A celle naturellement ressentie liée au seul fait de se faire plaisir (éducation judéo-chrétienne oblige), vient maintenant s’ajouter la culpabilité de participer à la catastrophe écologique et à l’exploitation des êtres humains. Il y a peu j’entendais que l’industrie de la fabrication des vêtements polluait davantage que l’ensemble des moyens de transport dans le monde…C’est ennuyeux quand on adore acheter des vêtements et renouveler sa garde-robe (par tiers chaque année, comme les assemblées générales !). Je ne suis pas (encore) capable d’atteindre la sobriété qu’il conviendrait d’adopter, mais je pense progresser. C’est comme en agriculture, je ne suis pas passée à l’écologie, mais je m’approche du raisonné. Pratiquer le shopping dans sa penderie pour se donner l’impression du changement et de la nouveauté est, jusqu’à présent, mon meilleur antidote à l’achat pur plaisir. Sinon, tomber amoureuse marche bien aussi, mais c’est éphémère et compliquer à renouveler à chaque saison !! Quant à la balade au grand air, ça marche….le temps de la balade !


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ah ah… tomber amoureuse, c’est pas mal comme stratégie !
    Quant à la culpabilité, il faut essayer de lui faire un pied de nez. Sinon, c’est double peine, yu ne profites pas de tes achats. Jouer avec sa penderie, créer des associations inédites, c’est aussi un moyen gratifiant de se faire plaisir.


    Répondre

    SuperMadame

    @Chti’stelle : J’adore l’idée de “jouer” avec sa penderie ; tout autant que celle de la “raisonner” d’ailleurs… En fait, le défi c’est d’essayer de se comporter en enfant-parent à la fois !


    Répondre

Avatar de Chris

Chris

Maintenant que mon pouvoir d’achat a diminué, je m’engage plus dans une démarche mieux réfléchie et, j’en ai l’impression, moins culpabilisante. Par ailleurs, je suis plus attentive à ce que je possède déjà dans mon armoire pour créer de nouvelles associations.


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Très bon réflexe ! Les changements de vie aident bien, aussi.


    Répondre

Avatar de Sadhana

Sadhana

Faire du shopping est toujours une fête. Même si en effet, on est forcément influencé par le discours ambiant de l’attention portée à la planète, acheter mieux et moins… Je me rends compte qu’en période de budget serré, je n’ai pas forcément envie d’acheter. Sans doute que le mental y est pour quelque chose. Et en même temps, si la disette durait plusieurs mois, je pense que je finirai frustrée. Bref mon discours est très paradoxal.


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ton paradoxe est logique (si je puis dire). En tout cas, il me parle !


    Répondre

solange

Je n’ai aucune culpabilité à faire du shopping j’essaye d’acheter un pue moins mais mieux surtout pour les basiques que je vais garder et tu m’y a bien aidé!
De temps en temps je me fais plaisir avec des articles fun !


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Je suis heureuse de te voir t’amuser avec ta garde-robe. Quel peps !


    Répondre

Avatar de Murielle

Murielle

J’achète moins mais mieux, pour les basiques, exemple :
– pour les pulls depuis quelques années, du cachemire (j’attends les soldes), je les gardes des années et je ne m’en lasse pas
– les shoes, j’ai investie dans des Doc, durables elles aussi.
– du jean, marinière, de l’intemporel
Je craque encore pour des achats bas de gamme (H&M) mais moins souvent.
Plus de réflexion avant d’acheter, de valider un achat, par exemple ces Doc bleu qui m’attire parce qu’elles irait bien avec mes jeans, robe jean ou robe marinière et peut etre avec du noir, mais j’ai peur qu’elle soit datables et donc pas portables sur des années, qu’en penses tu ?
https://www.drmartens.com/fr/fr/p/24616400


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Pourquoi datables ? Elles pourraient avoir 30 ans. Maintenant que tu maîtrises parfaitement la Doc, tu dois pouvoir deviner si tu les porteras longtemps tant qu’elles ne font pas doublon avec une autre paire.


    Répondre

      Avatar de Murielle

      Murielle

      @mode-personnel : Je parlais de datable par rapport à la couleur, elle n’est pas courante pour des chaussures…
      Pour le modèle pas de problème que ce soit en derby ou en godillot, c’est de l’intemporel pour moi.


      Répondre

        Avatar de mode-personnel

        mode-personnel

        Pas courante mais pas spécialement 2019. Si cette couleur te parle, fais-lui confiance.


        Répondre

          Avatar de Murielle

          Murielle

          @mode-personnel : Après mûre reflexion, j’ai complètement abandonné cet idée d’achat, en pensant à ce que qu’il y a dans ma garde robe, ca n’aurait été qu’avec mes jeans et robe marinière.
          Par contre une paire de derby argenté là c’est mixage avec pratiquement toute ma garde robe, donc achat beaucoup plus rentabilisé.
          On en revient à ce que tu as toujours dit, l’argenté, le doré, ca va avec tout et ca donne du style…


          Répondre

            Avatar de mode-personnel

            mode-personnel

            Voilà ! Tu as trouvé ta réponse. Bravo !


            Répondre

Avatar de Morgane

Morgane

Merci Isabelle de tomber toujours juste dans mes préoccupations du moment 🙂
J’ai toujours acheté beaucoup de vêtements surtout parce que j’aime bien plein de styles différents, et parce que j’adore découvrir de nouveaux modèles et trouver LA bonne affaire. J’ai dû arrêter d’acheter pendant quelques mois pour payer les travaux dans mon appartement et depuis j’ai dû mal à acheter de nouveau… Je culpabilise, je me dis que je n’en ai pas vraiment besoin, et quelque part je n’ai pas envie de revenir à l’état dans lequel j’étais avant où j’avais du mal à résister et où finalement je ne profitais pas assez de mes achats… J’essaie de revenir à un juste milieu mais ce n’est pas évident. Et surtout je ne suis pas capable de mettre cher dans un vêtement (50 euros pour un chemisier ça me paraît démentiel) même pour des questions éthiques auxquelles j’essaie d’être plus sensible


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ce “juste milieu” n’est pas simple à trouver, tu as raison. Il oscille selon les moments, le moral, le budget, les préoccupations… Laisse-le aller. Profite de ta penderie en mixant tes vêtements, en jouant avec les chaussures, les hauts, les bas… c’est une façon de gérer la frustration et d’aimer sa garde-robe. Et si “craquage futile” il y a, pas de culpabilité, elle ne sert à rien, juste à gâcher le plaisir. Mais je sais, facile à dire.


    Répondre

Avatar de Bénédicte D

Bénédicte D

J’adore ton post! !!…on dirait que tu l’as écrit pour moi! !!
“Penderie minimaliste ne devrait pas rimer avec triste ” est en route pour devenir ma nouvelle devise! !!….je n’ai pas de problèmes à acheter pour moi surtout depuis que les enfants n’ont plus besoin de nous! !…mais acheter bien c’est une autre histoire! !!…alors ce sera minimaliste mais avec de la gaieté en touches, bonne piste non? !!!…


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Excellente piste ! C’est tout toi, me semble-t-il 🙂


    Répondre

Avatar de Rouletabille

Rouletabille

J’achète plutôt beaucoup et je culpabilise.. un peu, pour des raisons financières surtout. Je comprends les préoccupations écologiques mais j’en ai un peu assez de cette bienpensance moralisatrice autour des achats de fringues. Je me souviens d’un poste sur un blog de mode où la blogueuse détaillait ses achats – modestes – de l’année et où chacune dans ses commentaires y allait de sa confession affolée « j’ai encore péché chez Zara sauvez-moi ! » on se serait cru au confessionnal…2 aves et un pater ma fille ! Le parallèle m’a fait rire mais il dit beaucoup de notre époque je trouve.
Sinon je crains surtout le « poids mental » des fringues belles mais superflues : on en les porte pas assez et cela vous trotte dans la tête, il faut penser à l’avance à la façon de les assortir … bon je dois te paraître vraiment bizarre …


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ah non, tu ne me parais pas bizarre !! Moi non plus, je n’ai pas envie de me confesser mais je conçois parfaitement cette charge mentale du dressing peu rentabilisé. C’est aussi l’intérêt de la “détox penderie” : faire le tri ET apprendre à porter TOUS ses vêtements. En tout cas, à faire le maximum de combinaisons. Je pratique aussi avec ma penderie perso.
    Tu as raison, c’est tellement représentatif de notre époque. Qu’en sera-t-il dans 15 ans ?

    J’en profite pour relayer le dernier épisode de mon PODCAST qui raconte une histoire de blouson de cuir : on est dans les années 80 dans un pays où il était difficile de faire du shopping >
    https://soundcloud.com/isabelle-thomas-41490974/horacio


    Répondre

      SuperMadame

      @mode-personnel : Et du coup moi j’en profite pour te remercier de ces histoires de vêtements – mais surtout de gens qui les portent -, Isabelle ! Le vêtement c’est tellement intime, tellement lié aux choses de la vie, tellement chargé d’émotion… Quand ça me prend je pourrais m’écouter tous tes podcasts les uns à la suite des autres… !


      Répondre

        Avatar de mode-personnel

        mode-personnel

        Merci pour ce merveilleux compliment. C’est troublant de ressentir l’émotion à travers la voix, les silences, les hésitations… J’adore écouter les gens.


        Répondre

Avatar de Hermine

Hermine

@mode-personnel :
En même temps ça c’est pas fait tout seul mais par la force des choses. Finances en baisses, prise de poids qui m’incitait à toujours attendre le fameux jour où j’aurai maigri (spoiler alert : non il est pas venu), changement de vie, de travail …
Et aujourd’hui ce blog qui m’aide dans cette démarche (chercher des choix qui me feront plaisir à porter).
Et avec une profession dans la mode ou le style, je n’ose imaginer la difficulté voire l’impossibilité d’avoir une garde robe minimale !
Mais qu’importe : MERCI !


Répondre

Avatar de Emmalouette

Emmalouette

Excellent article avec comme toujours sur ce blog une vision joyeuse de la mode qui vise avant tout le plaisir d’être soi-même, en opposition aux dictats qu’ils soient minimalistes et culpabilisants ou au contraire excessif et dictatoriaux. Cette voie du milieu appliquée à la mode me convient particulièrement bien. A 50 ans, il est plus qu’important de se faire plaisir avec la mode et de penser enfin de nouveau à soi ! Merci pour cet article et pour tous les autres !


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Je ne peux rien ajouter, je suis simplement comblée !!!


    Répondre

Avatar de Clao

Clao

Vous touchez un sujet sensible chez moi Isabelle !
Pendant plusieurs années, faute de moyens, nous ne faisions nos achats que deux fois par an : aux soldes. Depuis notre budget reste limité, mais c’est un peu mieux.
Mon mari lui est impulsif et achète dans la joie. Il me voyait malheureuse devant ses achats, moi qui continuais de me restreindre. Il a mis le doigt là-dessus, et j’ai pris la résolution, pour arrêter de culpabiliser de faire un achat par mois. Ça ne nous coûte pas plus cher, réparti sur l’année et génère moins de frustration de mon côté. Et si on a une facture imprévue, j’ai fini par accepter que non ce n’est pas ce petit haut à 30€ qui sera responsable si on est dans le rouge.
Et puis vos mots Isabelle, m’ont marquée : fini l’approximatif ou le défraîchi qui vieillit qui fait brouillon. Ce mois-ci je m’achète un sac, mes deux autres arrivent en fin de vie après des années de bons et loyaux services, ils sont usés : il est temps ! J’ai trouvé, de seconde main, un nouveau compagnon tout pimpant pour m’accompagner au quotidien 😀


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    C’est formidable ! Je suis tellement contente, même à distance, de faire évoluer une garde-robe qui apporte de la joie et du bien-être.


    Répondre

Avatar de marie

marie

J’achète quasi tous mes vêtements en seconde main depuis presque 4 ans : dépôts vente, vinted, vide grenier et friperies … L’armoire déborde toujours autant, mais j’ai moins de mal à me séparer de pièces qui ne m’ont presque rien coûté et je ne culpabilise plus. Le plaisir du shopping s’est transformé en plaisir de la chine. En revanche j’ai développé une addiction aux pochettes vintage et aux bijoux en bakélite, c’est un autre problème …


Répondre

    Avatar de ladyjaja

    ladyjaja

    @marie : Je procède comme vous Marie et ne culpabilise pas ! Bien au contraire, la “chine” de vêtements et chaussures – neufs ou vintage – sur des sites dédiés ou au hasard de découvertes en friperies, boutique de seconde main ou magasin “Mad Vintage” réserve souvent de belles surprises à petits prix … J’ai récemment acheté un pull Sonia Rykiel et une veste Armani, en état parfait et vendu 50 euros, dans une braderie Emmaüs … A la satisfaction d’avoir trouvé de belles pièces, s’ajoute le sentiment que mon achat profite à d’autres …


    Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Je comprends ce plaisir de la chine. Et quelle attitude éthique (je n’en suis pas là !).
    As-tu écouté cet épisode de mon podcast ?
    Il devrait te parler : https://soundcloud.com/isabelle-thomas-41490974/camille


    Répondre

Tellou

Ahhh le sujet sensible. Ce que je constate pour ma part c’est que la plupart de ces “injonctions” viennent souvent de bobos parisiennes (qui par ailleurs, il y a quelques années ont débuté des blogs justement en poussant à la consommation aussi….) Ce que je veux dire par là, ayant moi-même été bobo parisienne, c’est que c’est “facile” de faire attention à ce que l’on achète quand on a pu remplir ses placards au départ, et que maintenant l’on a aussi accès à des “délicieuses boutiques où je chine du vintage”. Pour beaucoup de monde, et surtout les plus bas salaires, la fast fashion permet d’une part de se vêtir, et puis aussi de cacher cette honte parfois de ne pas avoir assez d’argent pour renouveler sa garde robe.
Il y a aussi une chose que je remarque souvent c’est que ces “injonctions” viennent souvent de femmes plus mûres, pas des ados ou post-ado. Parce que justement, il faut essayer, re-essayer et se renouveler afin de trouver son style. Et puis même si on l’a trouvé, comme tu le dis très justement: on peut en changer, on peut le twister avec des baskets dorées alors que l’on a des blanches…. C’est marrant comment ce “non au diktats de la fashion industry” devient un fashion statement en lui-même….


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Très juste ! Si les injonctions vestimentaires écolo-éthiques cachent des incohérences du style “je continue à prendre ma voiture pour 1 km, j’achète du plastique, je bouffe des avocats à tous les repas et des fruits qui viennent de l’autre bout du monde”, on se fout du monde. Heureusement, le fashion statement sait aussi être vertueux (et respectueux des autres).


    Répondre

    Avatar de Cathy75

    Cathy75

    @Tellou : 100% d’accord avec toi Tellou !!


    Répondre

    Avatar de AnneSo

    AnneSo

    @Tellou : Tellement d’accord!


    Répondre

Avatar de Clao

Clao

@mode-personnel : les toasts à l’avocat du petit déj instagrammable vont tellement bien avec ces clichés 😉


Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Ah ah oui ! Le cliché dans le cliché !


    Répondre

Avatar de Cathy75

Cathy75

Merci pour ce billet qui pousse à réfléchir, isabelle ! Je ne sais plus trop ce que signifie « penderie minimaliste » tant ce terme semble devenu galvaudé … mon dressing a toujours été tout petit, sa taille ne résulte ni d’une décision ni d’une prise de conscience : c’est simplement que je n’éprouve pas le besoin de renouveler tout le temps ce que je porte, que j’ai le shopping en horreur (essentiellement par flemme), que je suis malheureusement bien trop difficile, que je ne veux pas me prendre la tête quand je m’habille car trop de choix tue le choix ^^
Une amie a vérifié ( elle avait raison!) : mon dressing tient dans une (très grosse) valise. Est-il minimaliste pour autant ? Absolument pas.
Tout réside dans la possibilité de pouvoir mixer le plus grand nombre possible de pièces. J’adore et je porte tout ce que j’ai. La mode ne m’intéresse pas spécialement mais J’aime le style, les belles pièces, les couleurs vives. Mes derniers achat datent de septembre 2018 : des chaussures, 4 paires de belles chaussettes, une splendide écharpe que je reluquais depuis un bon moment.
Je trouve que cette mode (cette injonction ?) du minimaliste a pris une tournure presque aussi « malsaine » que qu’il s’agissait de vouloir se mettre au régime sec pour perdre 30 kg ! Je connais des filles qui sont devenues quasiment « anorexique du vêtement » en se débarrassant de presque TOUTE leur penderie, pour se retrouver ensuite, l’excitation retombée, complétement désemparées devant l’abîme qui s’ouvrait devant elle : devoir racheter tout, mais quoi ? comment ? Avant de déprimer à mort à force de porter tout le temps les 5 mêmes tenues choisies dans des teintes…. neutres (!) pour que tout aille ensemble 🙁
Alors NON aux injonctions qu’on se fait à soi-même. Chacun(e) doit faire ce qui lui plait en fonction de sa personnalité, de ses goûts, en ne perdant jamais de vue que ce qui compte c’est LA JOIE.
Pardon pour la tartine 😉


Répondre

    Avatar de Murielle

    Murielle

    @Cathy75 : “Tout réside dans la possibilité de pouvoir mixer le plus grand nombre possible de pièces. J’adore et je porte tout ce que j’ai.”
    Voilà pourquoi je réfléchie beaucoup plus avant d’acheter…


    Répondre

    Avatar de mode-personnel

    mode-personnel

    Quelle tartine ! 🙂 C’est un régal. Je suis complètement d’accord, je milite pour la joie, la diversité, la liberté, les penderies vivantes… qu’elles soient très ou peu remplies.
    Les injonctions sont rarement bonnes pour le moral ! Surtout quand on les suit par désarroi.


    Répondre

gamefly free trial

I used to be able to find good advice from your content.


Répondre

oprolevorter

At this time it sounds like Expression Engine is the top blogging platform available right now. (from what I’ve read) Is that what you are using on your blog?


Répondre

minecraft download free pc

What a material of un-ambiguity and preserveness of precious
know-how about unpredicted feelings.


Répondre

free minecraft

Great article, totally what I needed.


Répondre

MON BLOG PERSONNEL

Oui, c'est possible de suivre les tendances sans ressembler à tout le monde. Oui, il y a plusieurs façons d'exister. Même si on n'a plus 25 ans, on peut inventer son style. Oser. S'amuser. Et se mettre en mode personnel. Je suis un flic de penderie, un coach de shopping, un guide qui vous aide à ne ressembler qu'à vous-même...

Voir mon profil

mode personnel(le)
MODE : n.f. Conforme au goût du jour. n.m. Manière individuelle de vivre, d'agir, de penser. PERSONNEL,ELLE : adj. Qui concerne une personne. Qui s'adresse personnellement à quelqu'un. MODE PERSONNELLE : n.f. La mode sur un ton personnel. Le mien, le tien, le sien.
Et si on prenait rendez-vous !
écrivez-moi ici
isabelle@modepersonnel.com
Podcast
podcast
Facebook
Retrouvez les articles ici

Mes leçons de mode en librairie

You’re so French ! Cultivez votre style… Éditions de La Martinière

Mon dressing idéal, Solar

S’abonner à la newsletter
ChargementChargement


Mode personnel(le) papote
Retour vers le haut de page